Tous les articles par Jean-François L

Aime une personne douce

Aime une personne douce. Le genre dont le cœur est brisé par les chiots et les enfants blessés. Quelqu’un qui pleure sur des fins tristes au cinéma et ressent une joie profonde par rapport aux gens heureux. Quelqu’un qui embrasse ton âme au lieu de ton cœur parce qu’ils savent que ton âme est là où tu gardes ton univers et que ton cœur n’est qu’une étoile. Le genre de personne à qui l’on dit qu’ils sont trop sensibles parce qu’ils ont un cœur plus fragile et facilement blessé. (Pourtant, les gens doux trouveront toujours une raison de sourire, peu importe à quel point les choses sont malheureuses.)

Aime une personne douce. Un être humain qui a toujours un gentil sourire pour tout le monde, même quand ils ne retrouvent pas le sourire en retour. Quelqu’un dont le coeur est brisé par la condition de ce monde. Quelqu’un qui a toujours un mot gentil pour ceux qui ont reçu les pires nouvelles qu’ils pouvaient en ce moment. Un homme ou une femme qui ne peut pas regarder quelqu’un qui souffre et ne rien faire pour l’aider. Vous voyez, les gens doux ne toléreront jamais l’injustice devant eux et ne laisseront jamais tomber quand quelqu’un est blessé.

Aime une personne douce. Une personne qui est positive, même dans le pire des cas. Quelqu’un dont la force n’est pas dans la bravade, mais dans le calme. Quelqu’un qui est fort pour les autres parce que c’est ce qui est nécessaire dans ce moment. Quelqu’un qui est la lune qui apaise à la place du soleil qui brûle. Quelqu’un qui voit le meilleur des gens même quand vous pensez qu’ils ne valent pas la peine. Le genre de personne qui veut toujours faire le meilleur pour ceux qu’il aime. (Parce que les gens doux ne supportent pas l’idée de blesser quelqu’un qui leur a accordé leur confiance.)

Aime une personne douce. Le genre qui regarde quelqu’un qui se bat, que ce soit pour ouvrir une porte, ou a perdu ses clés et fera tout ce qu’il peut pour aider. Quelqu’un qui préférerait souffrir que de laisser tomber quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui essaie, pas parce que c’est ce qu’ils ont à faire, mais parce qu’ils veulent faire de leur mieux. Un être humain toujours prêt à communiquer et à parler. (Les personnes les plus douces demanderont toujours deux fois si vous êtes d’accord, quand vous dites que vous l’êtes, parce qu’elles peuvent lire les humeurs et comprendre quand vous avez besoin de quelqu’un qui vous écoute.)

Protéger une personne douce. Ce genre de personnes est en train de se mettre en danger avec des mots comme «endurcir» et «vous êtes si naïf» et «ils vont profiter de vous». Quelqu’un que vous pouvez voir qu’on tente de le briser. Quelqu’un qui est une cible facile pour le ridicule parce que leur coeur est plus doux que la plupart des autres autour. Quelqu’un qui est rapide à s’excuser et réparer les choses indépendamment de la faute (Les personnes douces ont besoin de protection non pas parce qu’elles sont faibles, mais parce qu’elles ont été brisées brutalement par ceux en qui elles avaient confiance en leurs coeurs.)

Sois une personne douce. Sois un coussin dans un monde plein de rochers et d’endroits difficiles. Sois une âme douce où tout le monde est blasé. Sois cette personne.
Parce que les gens comme ça sont plus rares et plus précieux que les bijoux les plus rares de ce monde.

Nikita Gill
(traduction en français du texte anglais par Déesse)

Pourquoi assumer sa spiritualité ?

Maintenant qu’en est-il des personnes comme vous et moi qui avons cette conscience de notre réel potentiel et réelle nature ?

Les réactions de l’entourage qui souvent n’évolue pas à la même vitesse ou dans la même direction sont parfois dures à accepter. Nos amis commencent à nous trouver « bizarres » avec nos statuts Facebook évoquant la paix et l’amour ou dénonçant les mensonges et dysfonctionnements de la société (pour eux, « c’est normal, et cela a toujours été comme ça »).

Notre alimentation saine les troublent, nous ne sommes plus attirés par les mêmes activités et ils pensent « que nous avons changé ». Ils commencent à nous dire qu’ils s’inquiètent pour nous et qu’ils espèrent que nous n’avons pas été endoctrinés dans une secte encore une fois (celle-là on y a tous droit, et si vous enseignez, encore pire, on vous dira que c’est vous le « gourou »). Là vous arrivez à un croisement où il faut malheureusement faire un choix difficile. Comme je l’évoque dans mon article « Comment avoir le courage de se lancer dans sa mission de vie, surtout si elle est non conventionnelle », on est souvent seuls avec nos ressentis, et peut être les enseignants ou auteurs que nous aimons écouter et lire, mais toute notre « ancienne vie » nous retient, nous juge, « s’inquiète pour nous », alors que nous sommes de plus en plus heureux, et simplement de plus en plus nous-mêmes ! Pour nous notre vie commence même maintenant ! Nous ne voulons plus vivre dans ce mensonge de nous-mêmes, dans le sacrifice de qui nous sommes réellement et une vie dénuée de sens et de valeurs vraies.

C’est la raison pour laquelle il est en tout premier lieu primordial d’assumer sa spiritualité. Assumer sa spiritualité cela veut dire assumer et affirmer qui nous sommes réellement, et ne plus se cacher ni avoir honte. Avoir honte de quoi ? d’être en avance ? Car il faut bien comprendre que c’est cela dont il s’agit. Tout ce que la société tente de ridiculiser aujourd’hui sera la réalité de demain.

La Paix simplicité et complexité ultime

2h du mat’, j »ai des frissons…
La chaleur de l’été donne parfois des sueurs quand la thermodynamique s’emmêle,
Et quand nous croyons dans notre inconscience notable pouvoir maîtriser tous les paramètres,
L’entropie nous entraîne vers toujours plus de désordre, de problèmes à résoudre, elle nous éloigne toujours plus du Principe.
Et nous marchons, courons dans cette course à qui vaincra l’Univers… à qui le guérira de cette terrible loi qui occupe nos mental-égos le temps d’une vie.
Nous éloignant toujours plus d’une Réalité « Une », nous vivons dans des queux de comètes émotionnelles ignorant tout de ce Big Bang qui nous créa à l’origine des temps.
L’Énergie s’écoule de nous pour retourner à sa Source, voulant la retenir, elle nous est enlevée par une simple différence de potentiel…
Que faire contre des équations que les scientifiques ont gravés dans leurs livres de lois…?
Nous comprenons par la science que le désordre ne peut que croître dans l’univers, mais refusons de comprendre que ce même désordre ne peut que croître dans la vie des hommes.
L’énergie s’écoule inlassablement… amenuisant ce qui amasse…
N’est ce pas là une invitation à revenir au même Potentiel que l’état d’Équilibre de l’Univers.
Accumuler, séparer, structurer est voué à l’échec… mais 100 vies ne suffisent pas pour y renoncer, c’est notre instinct primaire de survie, c’est en nous.
Que reste-il alors à travailler dans une vie ?
L’amour ?
L’amour ne se travaille pas, il nous tombe dessus comme une Révélation.
Quand on veut le saisir mentalement, il s’échappe.
Nous ne pouvons plus saisir le Principe, nous en sommes trop éloignés…
nous pouvons sentir son Parfum et voir sa Lumière qui nous parviennent du confin de l’Univers.
Il ne reste rien, rien que la Paix qui peut alors remplir le fil d’une incarnation.
La Paix qui laisse la Maison telle que nous l’avons trouvée.
La Paix qui fait écran protecteur pour celles et ceux qui souffrent du soleil de vanité de l’humanité.
La Paix qui étant la simplicité même dans sa définition, devient la complexité ultime pour celles et ceux qui la cherchent.

A nous tous sur le Chemin, et en ce début de week-end, puisse la Paix s’installer en nos Coeurs.

Jean-François

Dissolution de contrats d’Âmes / relations karmiques

Les contrats d’âme obsolètes et les anciennes relations karmiques sont en train de se dissoudre. Vous voyez désormais de nouveaux miroirs pour vous faire part du travail que vous avez accompli, ainsi que le pouvoir et la vérité que vous avez acquis.

Le nouveau vous mérite un nouveau miroir, sachez que le transfert a lieu dans les coulisses. Faites confiance au changement des choses , c’est pour votre plus grand bien.

« Le karma se manifeste dans les relations. Les personnes que vous rencontrez, les attentes que vous avez, les circonstances dans lesquelles vous vous trouvez, le genre de mariage ou autre relation dans laquelle vous vous trouvez sont les moyens que vous avez choisis pour grandir et évoluer vers ce que vous devez être » ~ Judy Hall.

Les nouveaux miroirs sont désormais disponibles pour vous accompagner sur le chemin de la liberté, de la croissance et du but.

Au fur et à mesure que vous évoluez dans la vie, différents partenaires importants sont venus et viendront à vous pour vous soutenir, vous enseigner, vous renvoyer ce que vous avez besoin de voir et de guérir en vous.

Lorsque vous atteignez une nouvelle étape, significative et énergique, sur votre chemin personnel – comme vous le faites en ce moment – de nouveaux miroirs viennent à votre rencontre. Ceux-ci vibrent à une fréquence similaire à la vôtre. C’est pour cette raison que les miroirs ont commencé à changer pour vous il y a peu.

À chaque étape importante de votre chemin sacré, de nouvelles personnes et surtout des partenaires sont mis à votre disposition afin que vous puissiez grandir, évoluer et continuer à développer votre conscience à travers les stimuli ainsi que les relations de toute nature.

Certains partenariats précédents et unions sacrées ne peuvent pas venir avec vous pour le reste du trajet – du moins pas maintenant – simplement parce qu’ils n’ont pas évolué ces derniers mois et ces dernières années.

Quand l’un des partenaires d’une relation évolue suffisamment pour dépasser la codépendance, l’abuseur, le coureur-chasseur ou toute autre dynamique de croissance / déclenchement / guérison qui s’y déroule, il devient capable de s’éloigner de la boucle répétitive, et donc de la relation elle-même car la relation consistait à trouver ses racines, sa façon d’être et de fonctionner dans ce schéma, dans le karma lui-même.

Dans ce cas, leur « ex-miroir » devient alors une personne « normale » pour eux, et la lourdeur, la profondeur, et l’attirance s’estompent.

Des individus plus élevés travaillent actuellement dans les coulisses pour établir de nouvelles connexions, de nouvelles Unions sacrées sur Terre.

De nouveaux miroirs se présentent lorsque les précédents ne peuvent pas vous renvoyer tout ce que vous n’avez pas encore guéri ou travaillé.

De nouveaux miroirs et de nouveaux contrats se présentent lorsque les précédents ont enseigné tout ce qu’ils pouvaient, quand les leçons sont apprises, guéries et que le Karma est dissout.

Quand deux âmes n’ont plus rien à apprendre au niveau de l’âme, le lien énergétique se dissout afin de leur libérer l’espace pour trouver un nouveau partenaire ou un enseignant en phase avec la classe d’âmes qu’ils désirent désormais fréquenter.

Le Divin Féminin a récemment appris à s’élever dans des partenariats karmiques difficiles souvent décrits comme des Flammes Jumelles – alors que le Divin Masculin, leurs homologues ont appris entre-temps à être honnêtes, fidèles à eux-mêmes, et à laisser le Féminin s’il ne peut pas leur offrir ce dont il a besoin, ce qu’il veut et ce qu’il mérite en fonction de la profondeur, de l’authenticité et du pouvoir intérieur qu’il a développé.

Dans les royaumes supérieurs, les Partenaires sacrés se serrent la main tandis que celui qui quitte votre histoire de croissance personnelle passe au suivant.

Sachez que les Contrats d’Âme devenus obsolètes sont en train de se dissoudre, car lorsque les leçons sont apprises, une âme obtient son diplôme, passe les tests finaux et finit par être reçue dans une nouvelle classe.

C’est le prochain transfert que la vie avait prévu pour vous, il y a déjà longtemps.
les dualités et les résistances que tu as pu nourrir en lien avec des hésitations ou des doutes.
L’Univers va profiter de cette très forte énergie lunaire pour créer des synchronicités pour que tu puisses ouvrir les yeux sur des situations passées ou présentes qui te pèsent encore mais surtout qui te font douter.
Tu peux te sentir bouleversé ou avoir l’impression que ton corps ,tes pensées et tes énergies sont balancés d’un côté ou d’un autre et que cela te donne une situation réelle d’opposition avec toi même voire même avec les autres.
Rassure toi et surtout respire.
Tout cela est pour que tu sois sûr de toi.
Pour que tu te libères des doutes et des peurs.
Accueille avec dynamisme et volonté et regarde cette nouvelle route qui s’inscrit devant toi car avant elle était sinueuse et avec beaucoup de virages.
Après tout sera ensoleillée et sécurisée.
Libère toi de ton mental et accueille à bras ouverts tes ressentis qui sont forts et sincères.
Je t’embrasse,
Isa ❤️

Ne cherchez pas la loi dans vos Écritures

Aucun vrai maître ou initié n’a jamais écrit un livre dans l’histoire de cette humanité… Ou si il a écrit ( peu sont ceux qui étaient choisies)  c’était seulement pour voiler encore plus la vérité, le rendre encore plus difficile à trouver… et que seulement ceux qui n’ont ni yeux ni oreilles seront capables de comprendre.
(A. Goleminov)

Et Jésus répondit: 
— Ne cherchez pas la loi dans vos Écritures, car la loi est la vie, tandis que l’Écriture est morte. Je vous le dis en vérité, Moïse n’a pas reçu ses lois de Dieu par écrit, mais par la parole vivante. La loi est vivante.  Parole de Dieu vivant à des prophètes vivants pour des hommes vivants. La loi est écrite en tout ce qui est vie. Vous la trouverez dans l’herbe, dans l’arbre, dans le fleuve, dans la montagne, dans les oiseaux du ciel, dans les poissons de  la mer, mais cherchez-la principalement en vous-mêmes, car je vous le dis en vérité, tout ce qui vit est plus proche de Dieu que l’Écriture sans vie. Dieu a ainsi fait la vie et tout ce qui est vivant pour qu’ils puissent, par la parole éternelle, enseigner les lois de  le vrai Dieu à l’homme. Dieu n’a pas écrit les lois dans les pages de livres, mais dans ton cœur et dans ton esprit: elles sont dans ton souffle, ton sang, tes os, dans ta chair, tes entrailles, tes yeux, tes oreilles  , et dans chaque petite partie de ton corps, ils sont présents dans l’air, dans l’eau, dans la terre, dans les plantes, dans les  les rayons du soleil, dans les profondeurs et les hauteurs.  Ils vous parlent tous pour que vous puissiez comprendre la langue et la volonté du Dieu vivant.  Mais vous fermez les yeux pour ne pas voir, et vous fermez les oreilles pour ne pas entendre.  Je vous dis vraiment, que les Écritures sont le travail de l’homme, mais la vie et tous ses hôtes sont le travail de notre Dieu.  Pourquoi n’écoutez-vous pas les paroles de Dieu qui sont écrites dans ses œuvres?  Et pourquoi étudiez-vous les Écritures mortes qui sont le travail des mains des hommes? 

Les Evangiles de la Paix Esséniens – Livre 1 – Bibliothèque Nag Hammadi (traduction libre)

le quatrième âge, le Kali-Yuga, « âge sombre »

Nous sommes actuellement dans le quatrième âge, le Kali-Yuga (« âge sombre » ou « âge de fer »). Il n’est pas possible de décrire avec précision depuis combien de temps nous y sommes, mais c’est une certitude : nous y sommes. Sachant que chaque âge représente une diminution du précédent du point de vue spirituel, nous sommes donc dans l’âge le moins spirituel du cycle. Les vérités qui étaient connu des hommes ayant vécu dans les précédents cycles ne nous sont plus accessibles. Elles existent encore mais sont devenus plus difficiles à atteindre. Pour celui qui vit dans le Kali-Yuga, quelque chose est perdu, et cette chose doit être retrouvée : il s’agit de la Tradition. Ne perdons pas espoir : ce qui est caché sera de nouveau découvert à la fin du cycle (la doctrine traditionnelle ne se perd jamais vraiment). En effet, un cycle étant par nature…cyclique…la fin d’un cycle signe le début d’un autre.

Un cycle doit avoir un sens. Il est ascendant ou descendant. Les cycles dont nous parlons ici forment un courant descendant : du plus élevé au moins élevé, du haut vers le bas, du spirituel au matériel. Pour quoi ce cycle doit-il aller dans le sens descendant, de ce qui est supérieur vers ce qui est inférieur ? C’est un peu troublant pour un esprit « moderne » ! Le sens de l’histoire n’est-il pas un progrès ?

Malheureusement pour l’esprit contemporain, la doctrine traditionnelle ne présente pas les évènements humains comme un « progrès ». C’est même le contraire. Un principe se manifeste. Dès lors que ce principe s’est manifesté, les conséquences se produisent. Plus l’on s’éloigne du principe et l’on se dirige vers les conséquences de celui-ci, plus on s’éloigne du principe. C’est-à-dire que l’on s’éloigne du principe au fur et à mesure de la manifestation de celui-ci.

La manifestation d’un principe répond à la même logique que la manifestation de la gravité. Un objet part du point le plus haut pour se diriger vers le point le plus bas, et ne s’arrête que si un obstacle s’oppose à sa chute. Gardez cette comparaison avec la gravité en tête, et imaginez-vous qu’un principe, c’est de la pure spiritualité, et que la manifestation d’un principe, c’est de la matérialité. De même qu’un objet tombe « du haut vers le bas », un principe se manifeste « du spirituel vers le matériel ».

Cette manière de concevoir le temps comme cyclique, et non comme linéaire, permet de changer radicalement de point de vue lorsqu’on examine l’histoire. »

Interview de Thot Théurge

Un grand MERCI à Thot Théurge de nous avoir accordé un petit moment de partage pendant lequel il a bien voulu répondre à quelques questions préparées par l’équipe Pass-Portail.

NB : à la fin de l’interview, présentation des deux derniers ouvrages de Thot Théurge.

Et place aux questions :

Q : Thot, une grande partie de l’humanité vit sans but, sans donner beaucoup de sens à son existence… Pensez-vous que l’on devrait sensibiliser les enfants concernant leur expérience terrestre ? Et selon vous que devrait-on leur donner comme informations / croyances ?
R : En réalité, si on observe un tant soit peu le genre humain en profondeur, il n’est pas exact que notre engeance vive sans buts. Le problème se situe surtout dans le fait que ces projets, bien que différents sur la forme, sont hélas majoritairement orientés vers le transitoire (en ce qui concerne le fond)… Et bien qu’on puisse le déplorer, c’est là un aspect totalement logique puisque, pour beaucoup d’entre nous, nous fûmes éduqués dans cette direction (à l’échelon familial, amical, scolaire, professionnel, médiatique) ! En conséquence, si durant notre existence terrestre nous ne sommes pas capables d’analyser logiquement les choses (comme, par exemple, le fait de comprendre que la matière ne peut sortir d’un néant inexistant et qu’il est donc pertinent de saisir qu’un autre type d’Énergie est source de toute la Création), il est hautement cohérent d’en rester à ce degré d’interprétation. D’autant plus qu’il nous conforte dans nos désirs bassement et uniquement matériels… C’est pour cette raison qu’il est difficile (pour beaucoup) de stimuler, outre mesure, l’intelligence des enfants : que peuvent en effet leur offrir ceux-là même (les parents) qui ne savent s’extirper de leur propre léthargie ou ignorance ? Toutefois, si les parents sont ouverts et appréhendent, peu ou prou, les Lois universelles avec un certain discernement, alors peut progressivement se partager un Savoir (même exempt de quelque spiritualité apparente) insistant avec pédagogie sur la Loi de causes à effets (facteur essentiel) : Règle qui, bien comprise, est à même de nous aider à contrôler pulsions, passions, qui nous fait également réfléchir sur le sens et les conséquences de nos actions et donc aussi, inévitablement, sur ce qui les génère (nos pensées)… Personne, en effet, ne souhaite ressentir quelque négativité que ce soit : assimiler de quelle manière se manifeste la force karmique dans nos existences, saisir son origine, prédispose à une positive utilisation de cette Loi ! Dès lors, au plus cette Norme sera considérée avec exactitude, surtout dès le plus jeune âge et sans obligation d’aucune sorte (le prosélytisme et le dogmatisme ne sont jamais sains), et davantage pourra potentiellement grandir l’enfant. Tout en s’enrichissant intérieurement. Ce qui, inévitablement, rejaillira dans sa vie et son environnement. J’ajoute que la notion de bien et de mal est automatiquement intégrée à cette Règle : sans parler de l’aspect responsabilité personnelle. Et je pense qu’au bout du compte le rôle des parents est justement d’inculquer ce sens des responsabilités à leurs enfants. Le reste dépendant de la liberté de ces derniers…

Q : Quand on dit que Dieu est Amour, beaucoup rétorquent que si c’était le cas moins de malheurs se répandraient dans monde… Y a-t-il une réponse/argumentation simple permettant de responsabiliser chacun sur le destin de l’Humanité ? La recherche de Vérité est-elle l’apanage de grands initiés ? Qu’est-ce que la quête du Qui suis-je demande..?
R: Plusieurs questions en une… Tout d’abord, il faut étiqueter rationnellement les malheurs dont vous faites mention ! Certains sont inéluctables vu l’impermanence de la matière (rien n’est éternel, tout se transforme) : la maladie, la mort se trouvent dans cette catégorie. Autrement dit, ce n’est pas une action humaine (sauf délibérée) qui engendre ces problèmes spécifiques… Quant aux souffrances résultant de l’activité humaine, que voudrait-on ? Que la Divinité nous en exempte ? Certes, on peut le comprendre, mais surgit alors une primordiale question : à partir de quel niveau doit-Elle intervenir ? Sachant que tout mouvement vers l’extérieur est dépendant, en amont, d’une pensée intérieure, cela reviendrait à dire que c’est à l’instant même où jaillit cette intention en nous (fut-ce sous forme d’un réflexe) que Dieu devrait interférer… Ce qui revient non seulement à nous dénier tout sens des responsabilités mais, bien pire encore, nous ôte toute liberté et nous transforme en simple robot obéissant ! N’avons-nous pas généré assez de dictateurs que nous en voulions un suprême ? Est-ce l’Amour de Dieu qui débouche sur nos afflictions, ou notre libre arbitre mal utilisé ? Le Christ n’a-t-Il pas dit de nous aimer les uns les autres : ce qui atteste par ailleurs d’une dynamique devant venir de notre intimité ? Combien cependant vivent selon ce Précepte ? Bien peu, en vérité : dès lors, pourquoi s’étonner ensuite des contrecoups dont notre seule bêtise est comptable ? On confond souvent, et là se trouve une distorsion intellectuelle, le Dieu-Sauveur avec le Dieu-sauveteur (Celui que l’on espère, en réalité : car il nous déleste de labeurs et d’efforts personnels)… Quant à la Vérité, elle n’est pas, non, un monopole réservé aux grands Initiés ! Ce qui compte n’est pas seulement de l’atteindre, mais de cheminer vers elle avec une Conscience progressivement centrée sur les Lois dont je parlais plus haut. Sans oublier la sincérité du cœur : c’est-à-dire la ferme volonté d’être comme il se doit et de dépasser (ou plutôt transfigurer) notre condition humaine… En outre, il n’y a pas de compétition entre les êtres (qu’ils soient déjà réalisés ou non), chacun suit sa route en fonction de son karma et ceux qui nous précèdent aident avec force tout cheminant : car, au-delà de la Règle solidaire, ils se souviennent de la similarité existant entre leur périple et le nôtre. En conséquence, l’aspiration vers la Vérité est pour tous et, selon la Loi d’Évolution universelle, doit être poursuivie par tous ! Elle rejoint d’ailleurs la Quête du « qui suis-je », puisque la réponse à cette question ne se décèle qu’en comprenant ce qu’est notre petite personnalité temporaire, matérielle, embryonnaire, et ce qu’est l’Individualité Éternelle sise en notre âme (La Flamme Divine à Laquelle il est demandé de s’unir).

Q : Voici un questionnement supplémentaire, relatif à la difficulté qu’ont certains sur leur chemin de vie, et qui ressentent l’état mental de mettre fin volontairement à leur expérience terrestre… Est-ce une fin-issue ? Une véritable libération ou l’inverse ?… Les interactions avec le « libre arbitre »..
R : A nouveau on ne saurait comprendre ce mal-être (que nous connaissons tous durant notre existence, et à différents degrés) sans saisir exactement ce qu’est la Règle karmique ! On peut certes nier cette dernière, mais il ne reste alors que la coïncidence ou la malchance (impassibles et arbitraires) ou la conception d’un Dieu tourmenteur (ce qui ne cadre aucunement avec l’univers où, pour peu qu’on en fasse l’effort, on s’aperçoit qu’une Harmonie existe bel et bien : sans celle-ci nous ne serions pas là)… J’ai largement expliqué dans mon dernier livre à quel point, en fonction de notre sincère implication pour un objectif humaniste, les événements, circonstances et incidents douloureux peuvent s’atténuer : tout en permettant la création de nouvelles causes positives ! Mais pour cela il faut le savoir d’abord, le vouloir et en attester ensuite… C’est ici qu’apparaît le rôle important de tous ceux qui œuvrent, peu ou prou, pour une réelle amélioration intérieure de tous les hommes ! Car au plus se diffusera l’Enseignement sur l’activité énergétique et les forces spirituelles (en notre sein et à l’extérieur) et au plus certains auront des chances de comprendre ce qui leur arrive… La chose empêchant peut-être d’en arriver à certaines extrémités qui, loin s’en faut, ne font que retarder la prise de conscience que ces pénibles leçons doivent inculquer. En conséquence, il est vrai qu’est tranché le fil des douleurs en s’ôtant la vie, mais ce n’est là non seulement que temporaire mais, bien pire, c’est rajouter de l’huile sur un feu qui ne s’éteint qu’en modifiant, en profondeur, ce qui doit l’être… Le cycle de l’expérience se perpétuera dans une autre vie terrestre car, il faut ici le rappeler, chacun apprend soit par la souffrance soit par la sagesse et l’intelligence… Le libre arbitre, si on sait le comprendre, a évidemment une face « inférieure » (permettant de faire des choix) mais, en réalité, sa fonction est de permettre l’immersion au sein du Courant évolutif : en comprenant, en acceptant, en s’intégrant dans ce Flux et en modifiant, au fil des incarnations, nos diverses imperfections. Si on adhère à cette Règle, pas à pas, en reconnaissant NOS torts (même si on ne les voit pas distinctement) et si, en outre, on travaille dans le sens du Bien personnel ET général (les deux étant liées) alors, A TERME, toutes ces afflictions s’évanouiront et ne seront plus ressenties avec violence. Mais, il faut à nouveau le répéter, encore faut-il avoir connaissance de cette vérité : afin d’y adhérer et d’en vivre ensuite…

C’est tout pour aujourd’hui… En cas de questions à Thot relatives à cette interview, merci d’utiliser le formulaire de contact du site Pass-Portail : Contactez-nous

Pour aller plus loin sur le Chemin (et plus encore), ci-après les derniers ouvrages sur le blog de Thot Théurge

Qui suis-je ?

Les remises en question débordent. Qui suis-je aujourd’hui ? Qui est ce que je veux être ?
Toutes ces années à ressasser, à être obnubilée par cette colère aveuglante, ce passé, qui empêche d’avancer, de voir autour de soi, de s’ouvrir à la vie.

Est-ce que mon passé définit celle que je suis pour me suivre comme il fait sans relâche, dans chaque partie de ma vie, sans laisser un moment de répit à mon esprit ?

Je ne veux plus être victime de ce qui est derrière moi, et me dire que je n’ai aucune chance de pouvoir faire autrement.

Se mettre à l’écart des personnes qui m’entourent, me faire le plus discrète possible, montrer ce côté désagréable voir repoussant qui ne me correspond pas d’ailleurs.

Je sais au fond qui je suis, de quoi je qui capable, ce que je veux, mais je connais aussi mes limites, ce que je peux apporter. Alors pourquoi m’acharner à rester dans cette prison où les barrières imposées ont été fabriquées par d’autres selon leurs propres jugements, leurs critères qui ne sont pas moi ?

Pourquoi continuer à étouffer celle que je suis par peur de ce qu’on pourrait penser, en me persuadant qu’être moi je n’en ai pas le droit ?

Cette voix en moi m’a d’abord parlé puis hurlé pour ne plus me lâcher. Elle me bouscule, me supplie d’arrêter de la faire espérer en faisant un pas en avant pour en faire par la suite dix en arrière.

Je suis arrivée grâce à l’écrit, à ces personnes bienveillantes, encourageantes , à celles qui me poussent et me font prendre conscience que l’on a rien sans rien, à me débarrasser de tout ce qui m’encombraient.

Aujourd’hui je suis ce papillon qui s’envole, croît en elle , je suis cette lionne déterminée à ne plus laisser les autres déterminer qui elle est, à se battre pour ce qu’elle veut, une colombe lavée de ce passé qui a été trop pesant mais qui aujourd’hui prend sa place et laisse place au présent et à l’avenir.

Aujourd’hui, n’est plus le passé. J’y ai consacré assez de temps et d’énergie.

Il est temps pour moi de montrer celle que je suis réellement, sans en avoir honte, en état fière de celle que je suis.

Je suis cette femme qui aime, fidèle, mais qui ne se laissera plus maltraiter par qui que ce soit.

Je prends conscience que finalement je me punis , moi et ceux que j’aime, ceux qui me portent et veulent mon bonheur.

Je leur fais porter un poids qui n’est pas leur. Je les culpabilise de ne pas me rendre heureuse.

C’est terminé… les blessures seront toujours là, le passé refera peut être surface quelquefois, je serais parfois découragée, vidée, triste mais plus comme ces dernières années.

Je suis cette guerrière blessée mais vivante, la rage au ventre pour avancer et ne plus sombrer, ni rester dans ce noir qui me fait mourir à petit feu. Chaque bataille me rend plus forte, m’affermit, me donne confiance, me relève la tête encore plus droite les yeux fixés devant.

Je suis et je resterai moi à partir d’aujourd’hui. Plus que jamais…

REBECCA

Aimer quelqu’un qui réfléchit trop est un défi

Aimer quelqu’un qui réfléchit trop représente un vrai défi

Aimer une personne qui réfléchit trop est difficile parce que vous aimez quelqu’un dont l’esprit est constamment en train de cogiter sur de plein de choses différentes. Vous aimez une personne qui ne peut pas changer sa façon de penser.

Une personne qui réfléchit trop aura mille questions. Elle traite un million de choses à la fois et est débordée de « et si ».

Vous devez être confiant dans votre relation.
Vous ne pouvez pas laisser sa tête commencer à être tiraillée par le doute.
Vous ne pouvez pas simplement lui dire que vous êtes là pour elle. Vous devez le faire.
Vous ne pouvez pas simplement mettre des mots dans sa tête. Vous devez agir.
Vous devez écouter attentivement. Son passé ou concernant sa dernière nuit.
Elle devient intrépide, et cela sort de nulle part. Vous devez comprendre et lui donner une protection.
Quand elle pense que tout est terrible, il faut penser que tout va bien.

Montrez-lui de l’empathie. Montrez-lui que vous ne la jugerez pas. Montrez-lui que vous n’irez nulle part quand elle vous dira sa plus grande peur ou ce qui l’inquiète.

Montrez-lui que vous allez l’aimer, malgré sa façon de penser et de s’inquiéter.
Vous devez lui dire ce que vous ressentez, ne jamais cacher quoi que ce soit. Quelqu’un qui réfléchit va essayer de trouver un sens à tout ce que vous dites et faites. Dites toujours la vérité.

Vous devez être capable de la calmer. Vous devez promettre que vous serez là, peu importe ce qui arrivera.
Soyez prêt à avoir une conversation difficile. Pour répondre à mille questions.

Aimer une personne qui réfléchit trop est un défi, mais toutes les relations sont difficiles, n’est-ce pas?

Les personnes qui réfléchissent trop peuvent parfois vous rendre fou, mais elles vous aimeront et vous resteront toujours fidèles.

Le mental n’aime pas la Présence

Le mental n’aime pas la Présence, car la Présence c’est la fin du mental.
Choisir la Présence dans votre quotidien aussi souvent que possible, de choisir le moment présent, de toujours vérifier à l’intérieur ce qu’est votre relation avec le moment présent.
La question primordiale à se rappeler : quelle est ma relation avec ce moment ?
Est-elle amicale ou est-elle dysfonctionnelle ?
Et cela vous dit tout. Si elle est dysfonctionnelle, cela veut dire que votre futur manifestera cela. Si elle est amicale, ouverte et dans l’acceptation, votre vie future le manifestera. C’est aussi simple que cela. Des défis peuvent toujours se présenter . La vie vous défiera toujours d’une façon ou d’une autre et c’est bien ainsi. Mais nul besoin de transformer les défis de la Vie en problème en restant mentalement bloqué sur les choses s’il n’y a rien que nous puissions faire dans l’instant. Retourner les choses dans sa tête c’est commencer à se faire du souci. Le souci est la fabrique de problèmes, c’est la fabrique mentale de problèmes. Peu importe le stade que vous atteignez dans la vie, il y a toujours des défis. La vie est ainsi conçue.
Le monde n’est pas là pour vous rendre heureux. Il est ici pour vous rendre conscient. c’est lorsque vous pouvez être conscient de la Conscience, quand vous pouvez amener la Présence de la Conscience de l’Esprit à un plus grand pouvoir, ou dit encore autrement, l’Esprit de Dieu dans votre vie et que vous permettez à cela de diriger votre chemin, alors toutes les choses viennent à vous telles qu’elles devraient. : « une nouvelle espèce est en train d’arriver sur la planète ». C’est ce qui se passe maintenant et c’est de nous qu’il s’agit. C’est un énorme changement dans la Conscience qui advient.
C’est comme si nous nous transformions en une nouvelle espèce, pour la première fois, une espèce consciente.
C’est un peu comme si l’humanité commençait seulement maintenant à s’éveiller réellement Chacun est l’ouverture qui permet à cette dimension d’arriver dans le monde
Ce n’est pas nous qui opérons, mais c’est la Conscience qui opère à travers nous…

Eckhart Tollé